Destination ............. JAPON ( 41 BIS).................

Publié le par Erato

A la demande de plusieurs amateurs du Japon , j'apporte une précision sur une particularité du dernier article ....




































































Kanmangafuchi Abyss ,  Nikko

 Le Kanmangafuchi (également connu sous le nom de Ganmangafuchi) Abyss est situé à un kilomètre en amont du Pont de Shinkyo.  Il ya des statues de pierre de Jizo sur la rive de la rivière Daiya.  Les statues sont appelées Narabijizo (Jizo ), Hyakujizo (100 Jizo), ou Bakejizo (Ghost-jizo).
Le nom de Bakejizo découle d'une histoire où le nombre des Jizo ne se cumule pas, même s'il avait été pressenti de nombreuses fois . La légende dit que les statues doivent changer de place de temps en temps, et un visiteur ne les verra jamais dans le même ordre à deux reprises.  Le nom de Kanman est la dernière phrase d'une incantation d'un bouddhiste Shingon en sanscrit .  

 Le Jizo est la divinité gardienne du défunt bébé.  Le visage de Jizo est affectueux ressemblant à un moine-enfant avec un sourire de Bouddha.  Selon la légende, les enfants qui décèdent prématurément sont envoyés à la terre où ils prient pour la compassion , le Bouddha en pierre ,  en empilant les petites tours . Lorsque les démons dispersent les pierres , Jizo cache les enfants dans les manches de sa robe.  La croyance d'un  fervent  est qu'il peut raccourcir le temps de l'enfant  qui souffre dans la terre , en offrant des pierres au pied des statues de Jizo et en habillant celles-ci . 

 

Il s'agit de l' histoire de six Jizo et d' un pauvre vieux couple qui voulait acheter des gâteaux de riz (mochi) pour la Nouvelle Année.  Ils ont décidé de faire le commerce des chapeaux en carex .  Quelques jours plus tard, le vieil homme est parti dans la neige en ville avec les chapeaux.  Six Jizo étaient debout dans le froid , sur la route , la tête nue .  Le vieil homme en eu tellement pitié , qu'il a mis un de ses chapeaux carex sur chacun d'eux.  Le problème était qu'il n'avait que cinq chapeaux .  Il ne pouvait pas laisser le dernier Jizo cette façon.

 Il a pris son propre chapeau ,  qu'il portait ,  et le mis sur la tête de Jizo. Puis il est allé à la maison.  La femme fit l'éloge du mari pour ce qu'il avait fait et ils étaient heureux.
  Le lendemain matin, ils furent réveillés par des cris dehors.  Quand ils ont ouvert leurs portes en bois , il y avait beaucoup de mochi fraîchement pilés sous l'avant-toit. Ils ont regardé au-delà et ont été surpris de voir ,  de dos ,  les six Jizo s'en retourner avec les chapeaux en carex .



Publié dans VOYAGES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
merci pour cette histoire Andrée.je me coucherai plus instruit que ce matin en me levant !
Répondre
E
<br /> Serais tu ironique par hasard , bonne soirée , bisous  Andrée<br /> <br /> <br />
C
coucoumerci pour cette jolie histoirebisous
Répondre
F
drôle de coutume ! c'est un joli conte et très sympathique!
Répondre
N
L'histoire est bonne à bientôt.
Répondre
A
Je me doutais bien qu'il y avait une histoire et une signification à ces chapeaux rouges!!! Bises de la nuit Andrée!
Répondre