Mercredi ...jour des enfants ...allons au cinéma ....

Publié le par Erato

            ....  LOUP  DE NICOLAS  VANIER ....

Un film poétique, un hymne à la nature sauvage et aux loups

Le film "Loup" de Nicolas Vanier est aussi magique qu'un livre d'images où l'on se laisserait conter un monde meilleur, où les animaux et l'Homme marcheraient vers un avenir commun. Emouvant, touchant, humaniste... les adjectifs ne manquent pas pour parler de cette magnifique odyssée au royaume des Evènes, ce peuple semi-nomade qui a toujours vécu en symbiose avec la nature, sauf avec les loups qui représentent un grand danger pour leurs hardes de rennes... Jusqu'au jour où la jeunesse prend le relais et fait évoluer les mentalités.


Sergueï est un Évène, ces nomades éleveurs de rennes qui vivent dans les montagnes de Sibérie orientale. A l'âge de 16 ans, Sergueï est nommé gardien de la grande harde du clan de Batagaï. Ce clan, dont le chef est son père, est composé de quatre familles et de leur harde de 3 000 rennes qu'ils conduisent d'un alpage à l'autre au gré des saisons. Dans cette immensité, le loup rôde et menace en permanence les rennes ; unique richesse et fierté des Évènes. Dès son plus jeune âge, Sergueï a appris à chasser et abattre les loups sans état d'âme. Jusqu'au jour où sa rencontre avec une louve et ses quatre adorables louveteaux va bouleverser toutes ses certitudes.


C'est lors d'une expédition en Sibérie en 1990, que Nicolas Vanier a pu découvrir les Evènes, tribu de nomades éleveurs de rennes. Pendant près d'un an, il a vécu avec eux, a partagé leur quotidien, leurs déplacements et a constaté les liens forts et ambigus, mélange de haine et de respect, qu'ils entretiennent avec les loups. C'est de cette rencontre qu'est né "Loup", roman d'aventures captivant .


 Une ode à la nature sauvage 

De ses rencontres avec les loups - pour lequel il voue une véritable passion - et avec les derniers nomades éleveurs de rennes du Grand Nord, Nicolas a imaginé une histoire vraie. Cette fiction portée par des acteurs professionnels, des loups, des hardes de rennes et les nomades Evènes est un hymne au Grand Nord.

                                                                        Sylvain Bardoux

 "Les hardes sont regroupées une fois par an dans un village où une organisation se charge de la commercialisation de quelques têtes de troupeau. L'argent receuilli permet aux Evènes d'acheter sel, munitions, thé... Mais les clans se croisent également dans l'année.

                                                                           Kasia Wandycz

Pour les loups, Nicolas Vanier n'a eu recours à aucun artifice. "Tout au long de mes voyages dans les pays "d'en haut", il m'est arrivé de croiser les seigneurs de ces terres sauvages. Parfois dans des face-à-face qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire. Je leur voue une véritable admiration. S'ils sont craintifs et ne s'attaquent pas spontanément à l'homme, le traîneau à chiens est en revanche le meilleur aimant à loups. L'attelage est alors considéré comme une meute concurrente sur leur propre territoire

                                                                Evqenia Arbuqawa

Pour Nicolas Vanier, les Evènes incarnent l'harmonie parfaite entre l'Homme et la nature : "Ils sont l'exemple absolu de ce qui se peut se faire de mieux en matière de vie durable. Si on revient les voir d'ici un siècle ; il y aura autant de rennes, de mouflons et d'animaux sauvages qu'aujourd'hui. Ils font l'inverse de nous qui mangeons la poule au lieu de manger les œufs.

Sergueï est un jeune Evène qui se questionne sur la relation conflictuelle des hommes avec les loups et en particulier avec les éleveurs de rennes dont il fait partie, pour qui les loups sont les pires prédateurs

"Le loup demeure un animal impossible à apprivoiser. Pour le film, nous avons travaillé avec des loups peu habitués à la présence humaine, mais pas dressés. Toute la complexité du tournage consistait à faire évoluer les loups librement afin qu'ils aient un comportement totalement naturel. Il fallait inventer des systèmes, des combines, pour provoquer spontanément des déplacements, des attitudes, des actions qui servaient notre histoire "

                                                                     Sylvain Bardoux

Sergueï est un Évène, ces nomades éleveurs de rennes qui vivent dans les montagnes de Sibérie orientale. A l'âge de 16 ans, Sergueï est nommé gardien de la grande harde du clan de Batagaï. Ce clan, dont le chef est son père, est composé de quatre familles et de leur harde de 3 000 rennes qu'ils conduisent d'un alpage à l'autre au gré des saisons.

                                                                Kasia  Wandycz

Dans cette immensité, le loup rôde et menace en permanence les rennes ; unique richesse et fierté des Évènes. Dès son plus jeune âge, Sergueï a appris à chasser et abattre les loups sans état d'âme. Jusqu'au jour où sa rencontre avec une louve et ses quatre adorables louveteaux va bouleverser toutes ses certitudes

... C'est à cet instant que sa vie bascule. Pour protéger "ses" loups, Sergueï va transgresser les lois millénaires de son peuple et ainsi trahir son père et son clan. Dans l'insouciance de sa jeunesse, Sergueï va braver l'interdit : le jeune garçon et les louveteaux vont mutuellement s'apprivoiser. Par amour, il partagera ce lourd secret avec la belle Nastazia. Mais c'est sans compter que le loup garde son instinct de prédateur

Sur d'immenses étendues glacées, les hardes de rennes sont menées par les Evènes, qui les font migrer pour les mener vers des pâturages plus riches

Celui qui mène la harde est seul face aux éléments, accompagné parfois d'un cheval ou montant un renne. Il doit veiller sur près de 3 000 bêtes jour et nuit.

Jean-Pierre Bailly, producteur de "Loup", revient sur les débuts de cette aventure : "Nous avons eu énormément de mal à trouver l'endroit où nous devions tourner : sur deux saisons, dans des paysages dantesques, avec 4 000 rennes en permanence et des nomades qui ressemblent à des Evènes. Nous avons visité plein d'endroits au Canada, dans l'Oural, en Finlande. Il y avait toujours quelque chose qui clochait. J'ai dit à Nicolas que sa légitimité reposait sur son authenticité". C'est alors que les deux hommes ont choisi la Sibérie.

                                                                      Sylvain Bardoux

L'autre problématique était de trouver des loups, poursuit Jean-Pierre Bailly, sur deux saisons et que l'on voit grandir. Donc trois portées de trois âges différents. Les loups de Sibérie sont sauvages et il n'était pas question de les approcher. Nous avons donc fait appel au canadien Andrew Simpson, qui nous avait fourni tous les animaux sauvages sur "Le dernier trappeur", le précédent film de Nicolas Vanier."

Comment résister à ces jeunes louveteaux maladroits, qui séduisent d'ailleurs Sergueï, le héros de cette histoire ?

                                                                      Patrick Blin

"Devant nous, la masse brune de près de 3 000 bêtes avançait, poussée par les hommes et leurs chiens : un tonnerre de milliers de sabots, une énorme masse de chair, de cuir et de bois en mouvement, dégageant un immense nuage de vapeur blanche, un torrent de muscles qui se mit à couler devant nous, alors que les bois dressés et entremêlés claquaient les uns contre les autres." Telle est la première vision que Nicolas Vanier a eu de la grande Harde de rennes des Evènes.















































 ( Linternaute nature )



Nous poursuivrons demain cette aventure ............

Publié dans CULTURE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> ça a l'air magnifique !! je me laisserai bien tenté !! bisous, bonne soirée<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> j'ai vu le film le "dernier trappeur" alors je vais aller voir celui-ci avec autant d'intérêt , ton article en plus nous donne vraiment l'envie d'y courir !!<br /> bonne journée<br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> Nicolas Vanier réalise d'excellents films et documentaires , bonne journée Andrée<br /> <br /> <br />
N
<br /> je vais revenir lire cet article qui me semble passionnant.À bientôt<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> Splendide. Bisous<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> Que dire a part que c'est magnifique ! Bizarremment j'ai peur des gros chiens , mais j'adore regarder les loups , je les trouve beaux , majestueux ! Une belle béte ! Bisous Andrée et merci de ces<br /> belles images<br /> <br /> <br />
Répondre