... Un Oeuf " incertain " ...

Publié le par Erato :0059:

 

Après avoir découvert l 'Oeuf au Pélican de Fabergé , un autre oeuf attire l'attention ...

 

                            L ' Oeuf aux douze Monogrammes

 

 

 

 

Il posa un problème particulier à la fabrique Fabergé du fait de la disparition du Tsar Alexandre III, en octobre 1894 .

La fabrication de l'oeuf, déjà commandé , allait-elle être poursuivie par le nouveau souverain?

 

Une des premières décisions de Nicolas II fut de faire savoir à Fabergé qu'il entendait bien poursuivre la tradition des oeufs de luxe offerts à l'occasion des fêtes de Pâques . Il se proposait d'en offrir un à sa femme et un autre à sa mère . C'est donc au profit de cette dernière que le maître orfèvre Mikhaïl  Perkin se mit au travail pour que l' Oeuf aux douze monogrammes pût être offert le 2 avril 1895.

 

Celui-ci mesure 8cm de hauteur . Sa relative sobriété formelle s'explique par les circonstances particulières de sa rélisation, alors que le deuil impérial était encore d'actualité .

 

Exceptionnellement, il est posé sur la pointe et chacune de ses deux moitiés, inférieures et supérieures, est divisée en six panneaux, eux-mêmes séparés par d'élégantes bandes croisées de diamants en rose.

Les panneaux en or rouge sont émaillés d'un bleu royal profond et ornés de figures gravées élaborées, d'inspiration surtout florale .

Le chiffre impérial d'AlxandreIII apparaît sur la totalité de la circonférence, réunissant le sceptre, la couronne et la croix.

 

L'intérieur de l'Oeuf est tapissé de velours destiné à protéger une surprise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1-avril2012-oeufs-de-Paques-003.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au commencement, cela était non existant.
Cela devint existant, grandit.
Cela devint un œuf.
L'œuf demeura ainsi le temps d'une année.
L'œuf s'ouvrit.
Des deux moitiés l'une était d'argent, l'autre d'or.
Celle en argent devint cette terre,
Celle en or devint le ciel,
L'épaisse membrane du blanc les montagnes,
La fine membrane du jaune la brume et les nuages,
Les petites veines les rivières
Et le liquide la mer
Et le soleil naquit.

 

 

 

                     Poème indien

 

 

 

 

 

 

 

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Publié dans CULTURE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Plume 10/04/2012 14:54


Un joyau ! La symbolique du poème invite à  prendre grand soin des éléments nés en son coeur .


Bisous, Plume .

Nadine Quinn 09/04/2012 22:09


Superbe

Jackie 09/04/2012 16:03


Que d'oeufs, que d'oeufs !!! Mais celui-ci est particulièrement beau.


Merci Andrée

Quichottine 09/04/2012 15:54


Il est tout à fait splendide !


Merci pour celui-ci une fois encore.

adamante 09/04/2012 14:49


oh ! je n'ai pas mangé de soleil cette année !